Décrocher un poste grâce à la candidature spontanée

 
Tel un iceberg, le marché de l’emploi a une partie visible (annonces en ligne, jobboard, agences d’intérim) et une partie invisible, que l’on appelle « le marché caché ». Peu plébiscité par les candidats, il représente pourtant 70% des postes pourvus. A l’inverse d’une plateforme de recherche d’emploi, le marché caché ne regorge pas d’annonces répondant à des besoins identifiés, mais de possibilités et d’opportunités à créer. L’un des outils qui vous permettra de créer le besoin et de provoquer un entretien dans l’entreprise que vous visez, est la candidature spontanée.
Très appréciée des entreprises, la candidature spontanée est un moyen de prouver votre motivation, ainsi que votre esprit d’initiative. En effet, contrairement à une candidature classique, la candidature spontanée n’est pas attendue par le recruteur, elle est donc la preuve d’une démarche proactive. Cependant, bien que postuler de cette manière puisse créer la surprise chez le recruteur et vous faire marquer des points, il est important de comprendre que cette candidature, bien que spontanée, doit respecter certaines règles pour être efficace.
 
Recherches préalables
Avant même de postuler, il est nécessaire que vous travailliez votre visibilité sur les réseaux sociaux professionnels. Si vous n’avez pas de compte sur LinkedIn ou Viadeo, créez-en un au plus vite. Il est fort probable qu’après avoir reçu votre candidature, le recruteur aille se renseigner sur internet et notamment sur ces réseaux.
Ne postulez pas « à l’aveugle ». Renseignez-vous sur l’entreprise visée à travers les réseaux sociaux mentionnés précédemment, ou encore, via le site de l’entreprise. De cette manière, vous aurez un aperçu de son activité économique à l’instant T et par conséquent, vous aurez une idée de la probabilité qu’elle a à recruter. De même, profitez de ces recherches pour identifier la bonne personne à contacter. Trop de candidatures n’aboutissent pas, en raison d’une erreur de destinataire.
 
Rédaction
Une fois les recherches préalables effectuées, vous pouvez vous attaquer au cœur du sujet : la rédaction.
Aujourd’hui, la plupart des échanges se font par mail et il en va de même pour les candidatures. Alors rangez vos enveloppes et penchez plutôt pour la candidature électronique. Cette dernière doit contenir votre CV, ainsi qu’un mail de motivation qui fera office de lettre de motivation.
Pour commencer, l’objet du mail doit être clair, afin de permettre au recruteur de comprendre en un instant de quoi il s’agit. Inondé quotidiennement par les mails, il n’a pas le temps de deviner la raison pour laquelle vous le contacter. Pour ce qui est du contenu du mail, la synthèse est le maître mot. Vous devez être factuel, aller droit au but. Néanmoins, rédigez quelques paragraphes afin de donner un maximum d’information au recruteur sur votre situation, votre parcours et surtout votre intérêt pour l’entreprise. A la fin de votre mail, indiquez vos disponibilités et suggérez un entretien.
Concernant le CV, vous devez y inscrire un intitulé de fonction précis. Cela n’empêchera en rien le recruteur de vous proposer un autre poste, s’il pense que vous pouvez correspondre. Le risque de ne pas écrire de nom de poste, est d’être pris pour une personne qui ne sait pas ce qu’elle veut.
Dans le corps du CV, tentez d’éveiller l’intérêt du recruteur en vous différenciant à travers des langues, ou encore des compétences techniques. De même, à l’aide de vos recherches préalables, essayez d’adapter au mieux votre CV à l’entreprise visée. Mettez en avant les éléments qui peuvent résonner chez le recruteur. A nouveau, rappelez-vous que vous ne répondez pas à un besoin identifié par l’entreprise. Il faut donc mettre toutes les chances de votre côté.
Enfin après avoir postulé, n’oubliez pas de prévoir une relance par mail ou bien par téléphone dans les 7 jours !

Comments

Leave a Comment