Donnez-moi 3 qualités et 3 défauts !

Redoutée par les candidats lors des entretiens d’embauche, la question des défauts/qualités fait partie des classiques de l’entretien. Cette question est souvent utilisée par les recruteurs comme un moyen de déstabiliser les candidats pour analyser leurs réactions. C’est également une façon de mieux les cerner, d’évaluer leurs aptitudes relationnelles et de se faire une idée quant à leur manière d’agir dans un environnement professionnel.
Ainsi, cette question qui au premier abord semble être un piège, peut être utilisée par les candidats comme un moyen de se démarquer. Mais attention, pour se faire il faut être préparé et pouvoir argumenter. Il ne s’agit de répondre à cette fameuse question par un long silence, ou bien par une phrase telle que « Ah ce n’est jamais facile de parler de ses défauts … ».
 
1. Qualités
Lorsque le recruteur aborde le sujet des qualités, c’est l’occasion de vous mettre en avant et de marquer des points. Généreux, polyvalent, altruiste, ils existent des milliers de qualités toutes plus louables les unes que les autres. Attention néanmoins à rester vrai et humble dans votre choix. Vous attribuer des qualités pour paraitre mieux aux yeux du recruteur peut vous coûter cher ! En effet, énoncer des qualités ne suffit pas dans cet exercice. Il faut également être capable de les illustrer à l’aide, notamment, d’exemples personnels.
Pour donner encore plus de chances à votre candidature, faites le lien entre vos qualités et le poste que vous convoitez. Montrez au recruteur en quoi elles pourront être utiles. De cette façon vous prouverez que vous avez bien préparé la question et que vous connaissez vos points forts.
Exemples de qualités plébiscitées par les recruteurs :
Autonomie, curiosité, rigueur, réactivité, capacité d’adaptation, persévérance.
 
2. Défauts
Avant toutes choses, ne confondez pas manque de compétence et défaut ! Être impatient est un défaut, ne pas savoir parler espagnol est un manque de compétence. Il est important que vous sachiez faire la différence pour vous préparer à l’entretien.
Lors de l’entretien, lorsque le recruteur posera la question tant attendue, résistez à la tentation de donner un « faux défaut » ou une « qualité déguisée » telles que « Je suis trop dynamique » ou encore « Je suis trop perfectionniste ». Le recruteur verra clair dans votre jeu ! De même, évitez les défauts qui n’ont quasiment aucune application dans le monde professionnel. A part si vous souhaitez travailler dans la restauration, dire que vous êtes gourmand n’apportera rien au recruteur et risque même de vous desservir. Vous devez prouver que vous êtes conscients de vos points faibles.
Quel que soit le défaut que vous donniez, tentez de mettre en avant les aspects « positifs » qui en découlent. Par exemple si vous dites au recruteur que vous avez tendance à vouloir tout contrôler, ajoutez que cela vous pousse à fournir un travail toujours impeccable et que cela ne vous empêche pas de déléguer.
Enfin, faites attention à ce que les défauts que vous choisissez ne soient pas en contradiction avec le poste que vous visez et indiquez au recruteur que vous travaillez sur vos points faibles !
Exemples de défauts admis par les recruteurs :
Emotivité, obstination, impatience, anxiété, impulsivité, ambition.

  • Share this post

Leave a Comment